Pour une nouvelle éthique parlementaire

Photo : Padilla/MAXPPP
Photo : Padilla/MAXPPP

Anticor se félicite de l’ouverture rapide d’une préliminaire par le Parquet national financier après la révélation de l’emploi présumé fictif de Pénélope Fillon.

Il est, en effet, souhaitable que les Français connaissent la vérité avant de se prononcer à l’élection présidentielle

Cette affaire révèle aussi la nécessité de revoir le système des enveloppes destinées à la rémunération des assistants (le crédit collaborateurs) dont les parlementaires peuvent faire un usage quasi discrétionnaire et non contrôlé.

Les abus également détectés au Sénat soulignent l’urgence d’une réforme.

Plus généralement, le Parlement doit développer une nouvelle culture d’éthique et de transparence. Cela exige notamment  le contrôle de l’indemnité représentative de frais de mandat, la suppression de la réserve parlementaire , la possibilité pour l’Assemblée de révoquer des élus qui manquent gravement à leurs fonctions…

Cet effort est nécessaire pour renouer la confiance entre les électeurs et leurs représentants.

Lire aussi :

Union européenne : de bien curieux assistants parlemantaires (05/05/2015)

Share Button