Veolia en eaux troubles

payer_ma_facture_d_eauAnticor a pris connaissance, le 24 novembre 2016, de la publication par Médiapart d’informations relatives aux agissements de deux dirigeants de Véolia Eau France. Ceux-ci seraient devenus actionnaires d’une société luxembourgeoise à laquelle ils auraient confié le traitement des factures d’eau du groupe. Ils espéraient que la revente de cette société leur rapporterait 200 millions d’euros…

Par ce mécanisme, une petite société basée au Luxembourg était en charge des abonnés français payant par TIP (titre interbancaire de paiement), ce qui représente un montant de cinq à six milliards d’euros par an. Des mécanismes financiers complexes et le recours à des sociétés écrans devaient permettre à d’autres dirigeants de Véolia de tirer de cette opération un profit personnel considérable.

Cette combine ne porte pas seulement atteinte aux intérêts d’une société privée. Elle est également susceptible d’avoir un impact sur le prix de l’eau, dans le villes qui ont délégué ce service. Elle révèle la facilité de la dissimulation d’enjeux financiers majeurs par le biais des paradis fiscaux.

C’est pourquoi, Anticor, conjointement avec la Fondation France Libertés et le syndicat FO, a déposé plainte contre X, le 19 décembre 2016, au Parquet de Nanterre, pour abus de biens sociaux et/ou de pouvoirs (délits prévus et réprimés par les articles  L. 243-1 et L. 242-6 du code de commerce), abus de confiance (délit prévu et réprimé par l’article 314-1 du code pénal), corruption (délit prévu et réprimé par l’article 445-1 du code pénal) et recel (délit prévu et réprimé par l’article 321-1 du code pénal).

Share Button