Le premier adjoint au maire de Nice condamné pour prise illégale d’intérêts

Suite au signalement d’Anticor 06, le premier adjoint au maire de Nice est condamné pour prise illégale d’intérêts à 50 000 euros d’amende, dont 25 000 avec sursis.

 

Réuni le 20 décembre 2012, le conseil municipal de Nice avait accordé à l’association « Centre culturel et diaconie de Saint-Pierre d’Arène », d’une part, un bail de 18 ans (renouvelable une fois) mettant gratuitement à disposition des locaux de 1 400 m² et, d’autre part, une subvention de 1,5 millions d’euros.

Problème : cette association a été créée peu de temps avant (le 13 novembre 2012) et avait comme trésorier Philippe Pradal, conseiller municipal subdélégué aux comptes publics et membre de la commission des finances de la ville…

Anticor 06 avait saisi le Procureur de la République de Nice de ces faits, le 11 décembre 2015.

Suite à ce signalement, une enquête préliminaire avait été ouverte. À son issue, l’actuel premier adjoint au maire de Nice, Philippe Pradal, avait été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nice, le 11 octobre 2019, pour prise illégale d’intérêts (délit passible de cinq ans de prison et d’une amende de 500 000 €).

Anticor était représentée à l’audience par Me Jérôme Karsenti.

Au final, Philippe Pradal a été déclaré coupable d’avoir commis quatre prises illégales d’intérêts portant :

1/ sur une subvention de 1,5 millions d’euros à l’association Centre culturel et diaconie Saint Pierre d’Arène, votée par le conseil municipal de Nice, le 20 décembre 2012.

2/ sur une subvention de 21 000 euros à l’association Pour l’orgue de Saint Pierre d’Arène (qui a pour trésorier le père de Philippe Pradal), votée par le conseil municipal de Nice, le 27 avril 2015.

3/ sur une subvention de 50 000 euros à l’association Centre culturel et diaconie Saint Pierre d’Arène, votée par le conseil municipal de Nice, le 26 juin 2015.

4/ sur une subvention de 40 000 euros à l’association Centre culturel et diaconie Saint Pierre d’Arène, votée par le conseil municipal de Nice, le 30 mai 2016.

Au final, le premier adjoint au maire de Nice est condamné à 50 000 euros d’amende, dont 25 000 avec sursis. Il doit également verser à Anticor 5 000 euros de dommages-intérêts et 2 000 euros au titre des frais de justice.

MAJ le 31 octobre 2019 :

Philippe Pradal n’a pas fait appel de ce jugement qui est donc devenu définitif.

Share Button