Journée internationale de lutte contre la corruption : opération « Guéant rends l’appartement »

Samedi 9 décembre, journée mondiale de lutte contre la corruption, plusieurs associations, dont Anticor, se sont retrouvées devant l’appartement de Claude Guéant, pour en demander la restitution aux citoyens.

Samedi 9 décembre, journée mondiale de lutte contre la corruption, les associations Crim’HALT, Anticor, Metamorphosis et Deputy Watch, Paradis Fiscaux & Judiciaires se sont retrouvées devant l’appartement de l’ancien Ministre de l’intérieur et ex-Secrétaire général de l’Elysée, pour en demander la restitution aux citoyens.

Cet appartement a été saisi par la Justice en juin 2017.  Les juges d’instruction ont de forts soupçons concernant l’origine des fonds ayant permis l’acquisition de ce logement.  Ces fonds pourraient avoir un lien avec l’enquête ayant abouti à la mise en examen de l’ancien Président Nicolas Sarkozy  pour «corruption passive», «financement illégal de campagne électorale» et «recel de fonds publics libyens».

Si cet appartement, payé comptant pour une somme dépassant 700 000 euros, est le fruit de la corruption, alors il doit être remis à la société civile bafouée. Sur le modèle de la législation italienne qui permet de mettre à disposition les biens mal acquis à des associations, une loi idoine en France permettrait de réintroduire ces biens dans l’économie légale. Il s’agit ici réparer sur le territoire les dégâts commis envers la société civile.

Les quatre associations ont tenu à laisser à M. Guéant, un paquet de biscuits salés Libera Terra, produit sur les terres confisquées à la mafia italienne afin d’illustrer l’une des revendications portée de longue date par Anticor « Permettre l’affectation à la société civile de biens confisqués » ainsi que les autres associations à l’initiative de cette opération.

Share Button