Interview d'Eric Alt, magistrat et membre d'Anticor, sur "L'esprit de corruption"

Passionnante interview d’Eric Alt, membre actif de longue date d’Anticor et magistrat, à l’occasion de la sortie de son livre « L’esprit de corruption » le 17 mars, co-écrit avec Irène Luc (éditions Le bord de l’eau), à suivre en cliquant sur l’écran ci-dessous. Ce livre est pour lui une sorte de « crash test »  de nos lois et de nos institutions en matière de lutte contre la corruption, par rapport à ce qui existe à l’étranger. Bilan de ce test selon lui : « mitigé »

Eric Alt nous rappelle dans cette interview que malgré quelques « primes à la casseroles » anecdotiques, avec la corruption, c’est toujours la démocratie, la confiance que l’on a en elle, qui est perdante. Constatant que seulement 0,03 % de condamnations sur une année en France concerne les atteintes à la probité publique, il en conclut avec humour et mesure : « La Justice n’est pas aveugle en matière de corruption : elle est un peu myope… ».  Il fait parallèlement remarquer que c’est seulement 4 % des affaires en France qui sont traitées par des magistrats indépendants : les juges d’instruction qui ne dépendent pas, eux, du Parquet. Il indique qu’en Europe, ce serait 140 milliards d’euros qui s’évaporeraient dans la corruption chaque année, soit l’équivalent du budget de la CEE.

L’ESPRIT DE CORRUPTION – INTW ERIC ALT from sliproduction on Vimeo.

Il remet aussi en question la Cour de Justice de la République, où des ministres sont jugés par leurs pairs parlementaires, ce qui est un privilège bien digne d’une justice à deux vitesses. Il rend hommage aux lanceurs d’alerte, en expliquant que l’obligation de réserve ne doit pas empêcher des fonctionnaires de s’exprimer, comme l’a montré un jugement de la Cour européenne. Enfin, il revient sur le « préjudice moral » de 45 millions d’euros accordés à Bernard Tapie par la très contestable commission d’arbitrage, mise place par Christine Lagarde, au sujet du litige « Adidas-Crédit Lyonnais », en le mettant tout simplement en perspective avec les 20 à 25 000 euros de préjudice moral généralement accordés aux familles pour la perte d’un proche dans un accident de la route… 

Interview à faire circuler ! Vous pouvez d’ores et déjà réserver « L’esprit de corruption » chez votre libraire, en attendant sa sortie du 17 mars.

Share Button