Les objectifs d’Anticor

Anticor est né en 2002, après le 21 avril,  dans un contexte de sursaut politique et citoyen.  Ce sursaut, les fondateurs d’Anticor le vivent comme une exigence d’engagement non pas partisan mais démocratique. La conviction qui rassemble les membres d’Anticor n’est donc pas celle de porter la voix d’un parti en particulier, mais d’exiger de tous les partis et de leurs élus un comportement irréprochable, et de la part de tous les fonctionnaires, la probité qu’implique la recherche de l’intérêt général.

L’association a été créée pour porter et transmettre la conviction que l’honnêteté en politique est un objectif démocratiquement raisonnable, même si quelques uns ont une approche dévoyée de leurs fonctions, et si beaucoup ne veulent pas s’attaquer à ces dérives.  Mais pour sauvegarder le pacte républicain la probité est nécessaire. C’est la condition première pour établir le rapport de confiance qui devrait exister entre les citoyens et leurs représentants, politiques  et administratifs.

Anticor regroupe des élus et des citoyens de toutes tendances politiques, ayant décidé de s’unir pour lutter contre la corruption et pour réhabiliter la démocratie représentative. Des chercheurs, des juristes, des économistes, des journalistes d’investigation participent aux travaux de l’association. Elle rassemble plus de mille adhérents et de nombreux sympathisants qui animent en France des groupes locaux au niveau régional et départemental.

Pour instiller les questions d’éthique en politique dans le débat public, Anticor a notamment proposé la signature aux candidats d’une charte. Lors des élections législatives de 2012, 17 députés élus sont signataires de la Charte Anticor, signée par 577 candidats. L’association a également proposé une Charte Ethique aux candidats aux élections municipales de 2014

Anticor fait aussi partie de deux grands collectifs : la plate forme contre les paradis judiciaires et fiscaux, et le réseau citoyen ETAL, pour l’encadrement et la transparence des activités de lobbying. Elle est également membre fondateur de Finance Watch, créé au printemps 2011 « pour un contrôle citoyen de la finance mondiale ».

L’association a également mené une activité de plaidoyer au Parlement pour des mesures législatives ambitieuses contre la corruption et la fraude..

L’Association s’est impliquée depuis 2009 dans le cadre de plusieurs affaires judiciaires importantes, signalant au parquet des faits susceptibles de recevoir une qualification pénale.

Anticor est désormais partie intégrante de la vie associative de notre pays. Elle organise en septembre 2014 son deuxième colloque, sur le thème des failles institutionnelles en matière de lutte contre la corruption.

à lire, plaidoyer anticor
Share Button