Affaire des Sondages de l’Élysée : le PNF demande le renvoi en correctionnelle de plusieurs proches de Nicolas Sarkozy

Photo : Michel Euler/AP/SIPA

Suite aux plaintes déposées par Anticor pour délit de favoritisme et détournement de fonds publics dans l’affaire des sondages de l’Élysée, le Parquet national financier demande le renvoi de six proches de Nicolas Sarkozy.

Dans un rapport en date du 15 juillet 2009 sur la gestion des services de la Présidence de la République, la Cour des comptes avait pointé du doigt des « errements » dans la commande d’études.

Après avoir demandé et obtenu les factures, Raymond Avrillier, membre d’Anticor, avait révélé qu’entre 2007 et 2012, l’Élysée a commandé plus de 300 sondages pour un montant de 9,4 millions d’euros.

Dans cette affaire, Anticor a déposé deux plaintes pour délit de favoritisme et détournement de fonds publics, les 10 février 2010 et 9 octobre 2012. Elles avaient débouché sur l’ouverture d’une l’information judiciaire après l’arrêt de la Cour de cassation du 19 décembre 2012.

Au terme de six ans d’enquête, le Parquet national financier (PNF) a rendu ses réquisitions, dans un document de 75 pages, le 6 novembre 2018.

La procureure Éliane Houlette demande le renvoi de six proches de Nicolas Sarkozy (Patrick Buisson, Pierre Giacometti, Claude Guéant, Emmanuelle Mignon, Jean-Michel Goudard et Julien Vaulpré) et de quatre sociétés ou instituts de sondages (Publifact, Publi-Opinion, Giacometti Peron et l’institut Ipsos) pour délit de favoritisme, détournement de fonds publics et recel de ces délits.

Voir aussi :


Pour aider l’association à payer ses frais d’avocat, vous pouvez faire un don spécifique pour financer l’action d’Anticor dans l’affaire des sondages de l’Élysée.

Share Button