17 organisations – dont Anticor – fondent la Maison des Lanceurs d’Alerte !

17 organisations ont fondé la Maison des Lanceurs d’Alerte. Anticor est représentée dans le Collège des fondateurs, le Conseil d’administration et le Bureau de cette nouvelle structure dédiée à la protection et au soutien des lanceurs d’alerte.

La Maison des lanceurs d’alerte est mise en place à l’initiative de 17 organisations – dont Anticor – s’engageant à oeuvrer conjointement à la protection des lanceurs d’alerte en les accompagnant au quotidien et à plaider pour une amélioration de leur protection.

L’idée de Maison des Lanceurs d’Alerte (MLA) remonte à une dizaine d’années suite à l’organisation par Sciences Citoyennes de campagnes de mobilisation pour soutenir les lanceurs d’alerte Pierre Meneton (sel dans l’alimentation), Véronique Lapides (écoles construites sur un sol pollué) et Christian Vélot (risques liés aux OGM). Les multiples sollicitations reçues suite à ces trois campagnes ont montré les limites d’une organisation dont ce n’était pas l’activité principale. Moyens, ressources, informations, mutualisation des réseaux et des compétences faisaient défaut. La nécessité de créer une structure dédiée est donc apparue évidente à la fois pour regrouper les moyens et l’expérience des diverses associations afin d’améliorer notre efficacité dans la lutte pour la protection des lanceurs d’alerte et l’amélioration du cadre législatif en vigueur. 

La MLA a vocation à être coconstruite avec l’ensemble des membres du comité de pilotage, de manière à en garantir la pérennité. Aussi sont décidés ensemble les missions, la structuration juridique, la gouvernance, les modalités d’organisation et de fonctionnement ainsi que la stratégie de financement de la MLA.

Les fondateurs croient en la vertu de la transparence, de la liberté d’expression et de l’éthique comme moyens de parvenir à faire rendre des comptes aux gouvernants, améliorer la transparence et la mise en oeuvre d’une démocratie réelle, ouverte et pluraliste. Pour que ces principes soient mis en oeuvre, la Maison des Lanceurs d’Alerte croit en la nécessité de faciliter les signalements et les révélations d’informations d’intérêt général plutôt que de les contrôler ou les dissimuler, ce qui passe par une réelle protection des lanceurs d’alerte. Or, d’Irène Frachon à Edward Snowden en passant par Antoine Deltour, l’expérience démontre que les lanceurs d’alerte, qui agissent dans l’intérêt général et au nom de l’éthique, font souvent l’objet de représailles visant à les faire taire, placant ceux-ci dans des situations de précarité et de vulnérabilité terribles.

Élise Van Beneden représente Anticor dans le Collège des fondateurs, le Conseil d’administration et le Bureau de la Maison des Lanceurs d’Alertes.

Share Button