Anticor à Nice : « Le contrôle citoyen pallie les carences du contrôle institutionnel ! »

L’association Tous citoyens ! a organisé un café-débat sur le thème « Quand l’action citoyenne fait triompher le droit », au théâtre des Loges, 18 avenue Thiers, à Nice, devant une quarantaine de personnes.

David Nakache, le président de Tous citoyens !, a donné la parole à plusieurs responsables associatifs :

– Henri Busquet, président de la Ligue des Droits de l’Homme 06 ;

– Mireille Damiano, membre du Syndicat des Avocats de France ;

– Jean-Christophe Picard, président d’Anticor.

Le président d’Anticor a expliqué que le contrôle citoyen était, aujourd’hui, absolument nécessaire notamment pour pallier les carences du contrôle institutionnel : manque de moyens du préfet, manque de pouvoir de la cour de discipline budgétaire et financière, manque d’indépendance des procureurs, etc.

Jean-Christophe Picard rappelle que « sans Anticor, il n’y aurait pas eu de partie civile au procès Chirac (où le parquet avait d’ailleurs plaidé la relaxe). Sans Anticor, il n’y aurait pas eu d’enquête et de mises en examen dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Sans Anticor, il n’y aurait pas eu les condamnations d’Agnès Saal ou Mathieu Gallet. Sans Anticor, il n’y aurait pas d’information judiciaire dans l’affaire Richard Ferrand ! »

Les intervenants ont ensuite répondu aux nombreuses questions du public.

Share Button