Affaire Kohler : Anticor dépose une plainte complémentaire

Ludovic Marin, AFP

Anticor avait déposé, le 1er juin 2018, une plainte pour prise illégale d’intérêts visant Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Élysée. Au regard des nouveaux éléments publiés par Mediapart, l’association dépose une plainte complémentaire.

Suite aux révélations du journal Mediapart, Anticor avait saisi, le 1er juin 2018, le parquet national financier des éléments graves portant sur Alexis Kohler, ce qui avait déclenché l’ouverture d’une enquête préliminaire.

Soupçons de prise illégale d’intérêts

En effet, en 2010, M. Kohler a été nommé membre du conseil d’administration de la société française Les Chantiers de l’Atlantique / STX France alors que sa famille était propriétaire de la société suisse Mediterranean Shipping Company (MSC), deuxième armateur mondial avec 28 milliards d’euros de chiffres d’affaire, en 2015, 6 milliards d’euros de bénéfices en 2014, et principal client des Chantiers de l’Atlantique.

M. Kohler a ensuite été successivement directeur de cabinet adjoint du Ministre des Finances, directeur de cabinet du Ministre des Finances puis secrétaire général de la Présidence de la République.

À chaque étape, les éléments révélés par la presse permettent de penser qu’il a profité de ces fonctions pour défendre les intérêts de MSC. Ils pourraient alors être qualifiés de prise illégale d’intérêts, au sens de l’article L432-12 du Code pénal.

Depuis le début de cette affaire, M. Kohler plaide la transparence et affirme s’être toujours déporté et n’avoir jamais été en situation de conflit entre les intérêts de l’État et les intérêts de MSC…

De nouveaux éléments concernant le Port du Havre

Mais, le 6 août 2018, le journal Mediapart a révélé que M. Kohler avait, en qualité de représentant de l’Agence des participations de l’État, siégé au conseil de surveillance du du Grand Port Maritime du Havre (dont l’un des principaux clients est également la société MSC), de 2010 à 2012. Il a notamment voté en faveur de contrats entre le port et une des filiales de MSC.

Ces faits sont à même d’être également qualifiés de prise illégale d’intérêts et mettent à mal les éléments de défense avancés jusque-là par M. Kohler.

Pour toutes ces raisons, et dans le cadre de son agrément, Anticor a adressé, le 8 août 2018, une plainte complémentaire auprès du Parquet National Financier portant sur ces nouveaux éléments.

Au-delà du problème du mélange des genres au plus haut sommet de l’État, cette affaire soulève, une nouvelle fois, la question des allers-retours entre le public et le privé, aujourd’hui peu, voire pas du tout, contrôlés.


Pour aider l’association à payer ses frais d’avocat, vous pouvez faire un don spécifique pour financer l’action d’Anticor dans l’affaire Kohler.

Share Button