Affaire France Pierre : Anticor se constitue partie civile

Anticor se constitue partie civile dans l’affaire France Pierre. Elle dénonce les relations malsaines entre promoteurs immobiliers et élus locaux.

Le 14 avril 2018, Anticor a écrit au juge du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris afin de se constituer partie civile dans l’instruction ouverte dans l’affaire dite France Pierre. Cette affaire porte sur des faits susceptibles d’être qualifiés de corruption passive, prise illégale d’intérêts, recel d’abus de biens sociaux, détournement de fonds publics et abus d’autorité.

Les éléments de l’enquête dévoilés par la presse semblent mettre en lumière un vaste système qui permettait au promoteur Antonio de Sousa d’obtenir des facilités, avantages et informations privilégiées dans la mise en œuvre de ses projets immobiliers.

La qualité des personnalités publiques mises en cause (anciens préfets, conseillers départementaux, maires…) et le nombre des communes concernées (Vigneux, Mennecy, Ozoir-la-verrière, Saint-Thibault-des-Vignes, Bussy-Saint-Georges) confèrent à cette affaire une dimension particulière.

Association agréée par la Ministre de la Justice en vue de l’exercice des droits de la partie civile, Anticor entend intervenir dans cette affaire afin de concourir activement à la manifestation de la vérité, la répression des infractions constatées et la réparation de l’atteinte à l’intérêt général.

Share Button