Nice : un nouvel hommage déplacé

Photo : Patrice Lapoirie / Nice-Matin

Depuis 2013, la plaque « Espace Jacques-Médecin », au cœur de la Promenade du Paillon, honore l’ancien maire de Nice, pourtant condamné pour ingérence, corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.

Depuis 2016, une rue porte le nom de « Charles-Pasqua », pourtant condamné pour financement illégal de campagne électorale, complicité d’abus de biens sociaux et détournement de fonds publics.

C’est dans ce contexte que, le 21 décembre 2017, la ville de Nice a donné le nom de « Charles-Ginésy » au centre de maintenance des futures lignes 2 et 3 du tramway. L’ancien président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes avait pourtant été condamné pour favoritisme dans l’affaire des canons à neige d’Isola 2000 (la société qui avait obtenu le marché n’avait pas fait la meilleure offre mais avait eu la bonne idée de verser 100 000 FF à l’association des Amis des Charles Ginésy).

Anticor s’étonne de cette obsession à vouloir honorer des hommes politiques condamnés pour des atteintes graves à la probité.

L’associations s’interroge sur le message que souhaite ainsi faire passer le maire de Nice, notamment auprès des plus jeunes.

Share Button