Filles de Michel Mercier : Anticor souhaite l’ouverture d’une enquête

Le Canard Enchaîné du jour révèle que le sénateur Michel Mercier avait embauché ses deux filles comme assistantes parlementaires, pendant neuf ans pour l’une (Véronique) et deux ans pour l’autre (Delphine).

Problème : Delphine Mercier, censée travailler au Palais du Luxembourg, habitait et travaillait à Londres, pendant la même période. Selon le journal satirique, le père comme la fille avaient pourtant certifié auprès des services du Sénat « que la nouvelle embauchée n’exerce […] aucune autre activité professionnelle ». Michel Mercier aurait également déclaré au journaliste du Canard Enchainé : « Elle était bien contente d’avoir de quoi vivre ! »

Au regard des éléments révélés, Anticor souhaite que le Parquet national financier ouvre rapidement une enquête préliminaire pour faire toute la lumière sur la réalité du travail effectué par les filles de Michel Mercier.

L’association a toujours été très critique par rapport aux parlementaires qui embauchaient un membre de leur famille comme assistant au regard des abus qu’engendre cette mauvaise habitude.

Anticor se félicite que l’interdiction de cette pratique figure dans le projet de loi pour la confiance dans la vie politique.

Mise à jour le 4 août 2017

Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire.

Lire aussi

Les mystérieux collaborateurs spécialisés de Dominique Orliac (14/04/17)

Un parlementaire ne doit pas utiliser son crédit collaborateurs pour donner de l’argent de poche à ses enfants !
(21/03/17)

Pénélope Fillon : une affaire emblématique des mauvaises habitudes des parlementaires (25/01/17)

Share Button