La légion d’honneur ne doit pas récompenser des personnes qui ont manqué à leur devoir de probité !

©PHOTOPQR/LE PARISIEN/Olivier CORSAN
©PHOTOPQR/LE PARISIEN/Olivier CORSAN

Michel Roussin a été promu commandeur de la légion d’honneur, le 14 avril 2017, par le Président de la République, sur proposition du Premier Ministre.

Or, l’ancien directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris avait été condamné, le 20 février 2008, pour « complicité de corruption active et passive » à quatre ans de prison avec sursis, 80 000 € d’amende et quatre ans d’interdiction du droit de vote et d’éligibilité, dans l’affaire des marchés truqués des lycées d’Île-de-France…

Anticor rappelle que, selon le code de la légion d’honneur, la plus élevée des distinctions nationales est censée récompenser « des mérites éminents acquis au service de la nation soit à titre civil, soit sous les armes ».

Dans ce cadre, l’association regrette que seules les personnes condamnées pour crime ou celles condamnées à une peine d’emprisionnement sans sursis égale ou supérieure à un an soient automatiquement exclues de l’ordre de la légion d’honneur.

Par conséquent, Anticor demande que la légion d’honneur ne soit pas donnée ou laissée à des personnes condamnées pour avoir manqué à leur devoir de probité.

Share Button