Anticor à Cabriès : « C’est aux citoyens de faire appliquer la charte éthique d’Anticor ! »

Fabrice Rizzoli et Jean SansoneJean Sansone, président de l’association « Cabriès Défense Développement », organisait une réunion publique afin d’annoncer son adhésion à Anticor. « Cabriès Défense Développement » est une association fondée en septembre 2016 et, comme Anticor, milite pour rétablir l’éthique en politique et le rapport de confiance entre citoyens et élus.

Jean Sansone a donc évoqué les sujets locaux auxquels son association est confrontée comme les décharges sauvages autorisées par le maire. Le préfet et d’autres personnalités politiques ont été alertés.

L’association CDD avait aussi invité Fabrice Rizzoli, docteur en science politique, spécialiste de la grande criminalité (crime organisé, délinquance économique et financière) et membre d’Anticor, pour présenter ses travaux.

Fabrice Rizzoli a ensuite présenté la nouvelle charte d’Anticor en illustrant les différents points de cette dernière. « C’est aux citoyens de s’emparer de cette charte pour la faire appliquer » dit Fabrice Rizzoli afin de rappeler que les promesses des politiques, ayant signé les anciennes chartes, peuvent être oubliées…

Puis, il a expliqué son approbation quant à l’usage social des biens confisqués en Italie en prenant l’exemple des affaires Balkany et Cahuzac. Tout comme en Italie, les biens de ces personnalités politiques auraient pu être utilisées pour y installer des coopératives bio ou un lycée hôtelier ou agricole. (article 19 du plaidoyer Anticor).

Un débat a ensuite eu lieu avec le public présent.

Share Button