Anticor à Dax : « Faisons le procès de l’évasion fiscale ! »

DaxLes coréférents d’Anticor 64, Catherine Baudras-Delmas et Alain Lacassagne, se sont joints à la mobilisation citoyenne à Dax, contre l’évasion fiscale, à l’occasion du premier procés d’un « faucheur de chaises »…

Il faut rappeler que, le FMI a chiffré les transactions mondiales qui transitent par les paradis fiscaux à 5 500 milliards d’euros, via 4 000 banques et 2 millions de sociétés écrans. Mais un peu plus tard, la même année, le Tax Justice Network -qui a compilé les données de la Banque mondiale, du FMI, des Nations unies et des banques centrales-, évaluait le « secteur » entre 16 000 et 26 000 milliards d’euros. C’est-à-dire 10 fois le PIB annuel de la France. De tels montants représenteraient entre 150 et 225 milliards d’euros de recettes fiscales qui ne rentrent pas dans les caisses des États du monde, selon cette étude.

Dans une autre étude, l’économiste James Henry, relayé par Le Guardian, a calculé que l’évasion fiscale atteignait entre 21 000 et 32 000 milliards de dollars, avec un chiffrage central à 26 000 milliards de dollars. Même si ces avoirs n’étaient taxés qu’à 10%, ils rapporteraient… 2 600 milliards. A 20% : plus de 5 000 milliards. À 50% : 13 000 milliards.

James Henry précisait dans son étude qu’environ la moitié des avoirs dans les paradis fiscaux était détenue par une poignée d’hyper-riches. 92 000 précisément, soit 0,001% de la population mondiale. L’autre moitié serait détenue, selon lui, par 8,4 millions d’autres individus.

Le site officiel de la Commission européenne évalue les pertes à 1 000 milliards d’euros par an pour les pays de l’Union.

Un montant assurément supérieur aux quelques chaises pour « l’emport » desquelles la BNP a porté plainte et mobilisé police, gendarmerie et justice.

Share Button