L’incompréhensible opacité qui entoure l’assiduité des conseillers régionaux

(EDOUARD DE MARESCHAL / AFP)
Photo : Edouard de Mareschal / AFP

Depuis longtemps, Anticor insiste sur le devoir d’assiduité des élus. Pour les élections régionales, l’association propose ainsi aux têtes de liste de s’engager à :

– mettre en place des sanctions financières pour les élus absents aux séances plénières et aux commissions ;

– rendre public l’assiduité des conseillers régionaux aux séances plénières et aux commissions.

En effet, à quelques jours des élections régionales, force est de constater qu’aucune région ne rend public le taux d’assiduité de ses élus. Pire, seule une poignée de régions mettent en ligne les procès-verbaux des séances plénières permettant de le calculer : Basse-Normandie, Bourgogne, BretagneCentrePicardie et Rhône-Alpes.

Il faut donc saluer l’initiative de France TV Info et de « L’œil du 20 h » de France 2 qui, après un mois d’enquête et malgré la mauvaise volonté de certains régions, ont réussi à mettre en ligne les taux de présence des conseillers régionaux. On peut juste regretter que leurs calculs prennent seulement en compte l’assiduité aux séances plénières, et pas celle aux commissions.

Au final, le taux de présence moyen est de 88 %. « Mais derrière cette moyenne très correcte se cachent d’autres chiffres, beaucoup moins flatteurs : certains élus ont été très discrets, et ont brillé par leur absence », expliquent les journalistes.

Certes, certaines régions (Aquitaine, Île-de-France, Picardie, Provence-Alpes-Côte d’Azur…) ont  mis en place des sanctions financières pour les élus absents. Mais on a un peu du mal à comprendre pourquoi ces sanctions ne sont pas rendues publiques. Est-ce vraiment une information qui doit être cachée aux électeurs ?

Décidément, comme le disait Paul Valéry, la politique est parfois « l’art d’empêcher les gens de s’occuper de ce qui les regardent ».

Share Button