J. Cahuzac doit-il rester au gouvernement ?

Une enquête préliminaire pour blanchiment de fraude fiscale vient d’être ouverte par le parquet de Paris afin de vérifier si Jérôme Cahuzac ministre délégué au Budget, a détenu un compte en Suisse. Le ministre a assuré dans un communiqué accueillir l’ouverture de cette enquête «avec satisfaction».

Cette enquête qui s’ouvre fragilise encore davantage, non seulement J. Cahuzac lui-même mais encore et surtout la fonction de ministre, qui devrait plus que tout autre être exemplaire …

En France, il n’y a malheureusement pas de règle précise pour les ministres et les élus mis en accusation.

Ce n’est pas la première fois qu’un ministre se trouve ainsi confronté à la justice. On se souvient d’Eric Woerth, empêtré dans l’affaire Bettencourt pendant plusieurs mois, ou encore de Georges Tron, accusé de «harcèlement sexuel». Les deux hommes ont géré différemment leur affaire : alors que G. Tron a choisi de démissionner quatre jours après la révélation des plaintes, Eric Woerth est, lui, resté à son poste. Il n’a quitté le gouvernement qu’à l’occasion d’un remaniement.

Dans les années 90, la «jurisprudence Balladur» imposait moralement aux ministres de démissionner dès qu’ils étaient impliqués dans une affaire judiciaire. Nous avons toujours soutenu cette pratique officieuse qui devrait devenir une règle officielle.

Sans anticiper sur le travail de la justice et sur le principe de la présomption d’innocence, il s’agit simplement de se mettre en réserve, le temps pour les magistrats de faire leur travail et de rendre leurs conclusions.

Les accusations portées à l’encontre de J. Cahuzac sont d’autant plus graves que ce qui lui est reproché est dans le même champ que les dossiers qu’il traite en tant que ministre du Budget. La lutte contre la fraude fiscale, est une prérogative du ministre du Budget, et pourrait ainsi être difficile pour Jérôme Cahuzac … s’il fait lui-même l’objet d’une enquête pour un compte en Suisse.

M. Cahuzac, démissionnez de votre poste, vous aurez d’ailleurs ainsi plus de temps à consacrer à la démonstration de votre innocence, à réparer ce qui serait le préjudice moral subi et à restaurer une certaine crédibilité politique !

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/10/affaire-cahuzac-qu-est-ce-que-le-blanchiment-de-fraude-fiscale_1814671_823448.html

Share Button