Conseil de lecture : manifeste contre les notaires

C’est sur un ton convaincant, jamais agressif, que le collectif Non/taire, composé de juristes, dévoile les défaillances du notariat.
Dans cette profession dont les rapports avec les Pouvoirs Publics ont été à plusieurs reprises dévoilés au grand jour, il n’y a aucun garde-fou contre les abus. L’institution n’a pas même besoin de défenseurs tant ses intérêts ont été protégés à travers le temps par tous les gouvernements, sans opposition du Législateur.

Que se passe-t-il quand les contrôleurs sont les salariés des contrôlés ? Aucune des réformes des professions judiciaires n’a su rétablir de véritable contrôle sur la profession, pourtant inhérent au pouvoir qu’il circonscrit et si essentiel au fonctionnement de chaque institution. Aucune de ces réformes n’a su répondre de manière satisfaisante à la question de la nécessité de ce monopole ou encore à celle, bien plus sensible, du lien entre les services rendus par les notaires et l’évaluation de leurs émoluments.
Personne ne semble savoir pourquoi un notaire gagne quatre fois plus qu’un médecin, ni pourquoi, contre toute logique, le code civil prévoit une responsabilité allégée pour cette profession sur laquelle repose pourtant une importante mission de confiance.

Le « Manifeste contre les notaires » (Editions Max Milo) nous amène dans le décryptage du discours public, analyse et discrédite les réponses systématiques qui sont faites par les notaires. Il donne à travers des exemples pratiques, des propositions intéressantes sur les alternatives concevables à cette institution obsolète. Il ne s’agit donc pas uniquement de critiquer les mécanismes en vigueur mais aussi d’en imaginer d’autres, en laissant le lecteur juge de leur pertinence.

Bonne lecture !

Share Button