LA REPUBLIQUE IRRESPONSABLE

La plainte d’Anticor pour favoritisme dans l’attribution des sondages de l’Elysée classée sans suite…

Suite à la plainte d’Anticor contre « X », déposée par l’avocat de l’association, Jérôme Karsenti, pour favoritisme dans « l’affaire des sondages de l’Elysée » et en référence au rapport de la cour des comptes, le Procureur du Tribunal de Grande Instance de Paris, vient de la classer sans suite au motif que le Directeur de cabinet de la Présidence qui a signé la Convention passée entre le cabinet d’études Publifact et la Présidence n’a juridiquement aucun pouvoir en propre. 

En conséquence de quoi, seul le Président pourrait avoir à répondre devant la justice. Or, il résulte de l’article 67 de la Constitution que le Président de la République bénéficie d’une irresponsabilité pour les actes accomplis en cette qualité durant son mandat.

Clairement, cette décision rappelle le cas Chirac, mais en pire : ici la justice n’ouvre même pas une instruction et en plus elle étend aux collaborateurs du Président de la République l’immunité présidentielle…

Cela illustre par l’absurde que la France a besoin de beaucoup plus d’Anticor pour restaurer la République. C’est-à-dire, un vrai régime de séparation des pouvoirs dans le cadre duquel TOUS les contre-pouvoirs seront tenus de rendre des comptes au citoyen et d’agir face au fléau de la délinquance politico économique.

Ce constat valide notre appel à engager une véritable campagne publique contre la corruption : aidez nous à créer un Conseil de Surveillance Citoyenne pour lutter contre les conflits d’intérêts et restaurer la République aujourd’hui délabrée et loin d’être  » irréprochable » et exemplaire ainsi qu’on nous l’avait pourtant promis …

 

Share Button